Nord-Kivu Minerais  et pauvreté  cohabitent à Walikale

“Nord-Kivu Minerais et pauvreté cohabitent à Walikale.”

Reconnu pour ses innombrables richesses minières, le territoire de Walikale, est habité par des habitants pauvres. Il est aussi caractérisé par,  la quasi inexistence des infrastructures. Juvénal Munubo, député national de l’opposition, natif de ce coin, reconnait la situation. Ce dernier accuse, les autorités nationales et provinciales  d’avoir oublié ce territoire, malgré ses richesses. 

 

Le chef-lieu du territoire de Walikale est situé à plus de deux-cents kilomètres, à l’Ouest de Goma, capitale de la province du Nord Kivu. Dans ce territoire, la pauvreté est plus remarquable que les prétendument richesses, qui ont fait écho à travers le monde. Cette pauvreté se traduit lorsqu’on arrive à Walikale centre, par la présence des maisons en pailles, des écoles sans tôles, quand il veut pleuvoir les cours s’arrêtent car les écoles sont presque à ciel ouvert. Walikale centre compte  aussi un seul hôpital. Malheureusement, non réhabilité, sans médicaments à part les quelques assistances, saisonnières des organisations humanitaires, qui viennent aussi en retard. « Un hôpital, en très mauvais état, n’ayant pas de lits des malades, sans courant  électrique, ni l’eau de la REGIDESO».

Ce qui est encore inquiétant, c’est la pauvreté des creuseurs artisanaux, qui vivent dans les conditions inhumaines pendant des années, quoiqu’ils exploitent quotidiennement les minerais.

A part  les richesses minières, Walikale est largement  couvert par une forêt dense et équatoriale, qui contribue dans la lutte contre le réchauffement climatique dans la région. Malgré cela, Walikale n’est pas développé, par manque de volonté politique des régimes qui se sont succédé, (la première, deuxième et troisième république).

 

Causes du contraste

Plusieurs facteurs sont à la base de la pauvreté du territoire de Walikale. Morcelé par une dizaine des groupes armés. Le territoire de Walikale possède des routes impraticables. En Janvier dernier, à une distance de 250 kilomètres, un camion transportant des cassitérites a effectué trois mois, entre Goma et Walikale.

D’autre part, Walikale sert mieux l’opposition que la majorité au pouvoir. Au besoin de le considéré comme bastion de l’opposition en province. Tous les grands hommes politiques de ce coin appartiennent à l’opposition, (Jazzon Luneno, Juvénal Munubo, Rubens Mikindu etc.

Ces derniers se plaignent toujours du manque de volonté politique, malgré leurs plaidoyers. Ce manque de volonté politique, en souffre Walikale, de manière particulière. Même la communauté humanitaire ne voyait pas ce coin de la province.

Pour avouer qu’il est difficile de mobiliser le gouvernement, lorsqu’on est de l’opposition, car le pouvoir, a peur que le succès soit enregistré dans l’actif de l’opposition.

Les conséquences sont visibles dans les  provinces où l’opposition est   plus forte. Avec moins des réalisations du pouvoir, Walikale et l’ancienne province de l’Equateur sont les exemples frappants.

 

Des solutions impossibles

Plusieurs tentatives de réhabilitation des routes de Walikale ont été faites, mais souvent sans succès. Dans son discours en début de l’année en court, le gouverneur de province a déclaré que, « La route Goma-Walikale sera inaugurée le 30 juin 2016. Les délégations gouvernementales, emprunteront ce tronçon routier, à la place de la voie aérienne ». Loin de polémiquer sur le sujet, les ressortissants de Walikale, tout en restant positif, ils souhaitent voir ces discours se concrétiser. Malheureusement, pour atteindre aisément Walikale, ou pour venir à Goma, il  faut passer par Kisangani–BENI-Butembo, et vice versa, en y effectuant seulement, 3 à 4 jours. D’autres personnes préfèrent  aller  par hélicoptère de la MONUSCO pour faire une trentaine des minutes.

La crainte  pour  la réhabilitation de la route  est que,  « c’est ne pas la première fois qu’on a lancé de tels travaux ». Les gouvernements, les ONGI, l’office de routes ont  tenté, mais l’aventure n’a pas eu de succès. Les lancements se font toujours  pendant la période sèche, lorsque viennent les pluies tous s’abiment. Et pourtant, pour  désenclaver effectivement ce territoire, il  faut une réhabilitation durable des routes. Son désenclavement pouvait aider Walikale à plusieurs choses, l’exploitation agricole, minérale, le bois et plusieurs autres richesses. En termes de rentrée financière, des vivres qui pouvaient même alimenter les grandes villes de la province.

 

Des efforts sporadiques de l’opposition

Moins des réalisations sont enregistrées dans l’actif de l’opposition. Celle-ci, se contacte  principalement à dénoncer les problèmes sécuritaires. C’est ainsi que, l’opposition se félicite d’avoir  réservé une fin de non recevoir aux démarches du gouvernement d’installer les mobilisés des FDLR à Walikale, avant qu’ils soient  installés à Kisangani via Kanyabayonga. Car l’un des fardeaux pour Walikale, c’est la présence de FDLR, qui est à la base de la naissance des groupes armés ce qui ne permet pas d’exploiter ses richesses car plusieurs sites sont encore qualifiés de rouge, « des minerais de sang »

 

Cosmas Mungazi

 

 

.

tags:

0 Commentaires