PROGRAMME DE SURVEILLANCE DE LA CHAINE D’APPROVISIONNMENT DES MINERAIS

 Le programme de surveillance de la chaine d’approvisionnement des minerais est une émanation du processus d’évolution de l’action de SAVE ACT MINE dans la lutte contre le trafic illicite des minerais dans la région des grands lacs. Ce processus a été amorcé en octobre 2012 quand l’organisation a mis en place sur fonds propre un mécanisme d’alerte rapide fonctionnant grâce à un numéro vert qui donnait la possibilité aux citoyens de dénoncer le trafic illicite transfrontalier des minerais entre la RDC  et le Rwanda à partir de la ville de Goma au Nord-Kivu. En début 2013 le projet a reçu un premier appui financier de la coopération allemande grâce au projet GIZ/CIRGL-Bujumbura. Ainsi SAVE ACT MINE  a eu la responsabilité de mettre en œuvre le projet pilote d’un mécanisme d’alerte rapide à portée régionale qui devait fournir des informations fiables à la base des données de la C.I.R.G.L. Au vu de la difficulté de faire attendre sa voix auprès des acteurs impliqués dans la prise des décisions pour combattre le trafic illicite des minerais dans la région, l’organisation a développé en 2014 la Stratégie Globale de Lutte contre le Trafic illicite des minerais dans la région des grands lacs. Ce nouveau concept intégrait la surveillance du trafic illicite de l’Or dans les efforts de l’organisation dans la lute contre le trafic illicite des minerais dans la région. La particularité de ce concept est qu’il voulait mettre les informations sur le trafic illicite des minerais (3Ts et Or) à la portée de l’industrie internationale, les medias nationaux et internationaux ainsi que toute personne physique ou morale intéressées par cette question. En aout 2015, en vu d’enrichir son action d’encadrement de la chaine d’approvisionnement des minerais, grâce aux appuis financiers de la PPA et de PACT l’organisation a intégré tous les abus qui se commettent sur la chaine d’approvisionnement des minerais dans son action de surveillance. La liste des abus suivis par l’organisation se présente comme suit :

  • Trafic transfrontalier illicite des minerais ;
  • Implication de personnes non attitrées (militaires ou forces négatives) dans les activités d’exploitation, de commercialisation ou du transport des minerais ; 
  •         Abus des droits humains sur la chaine d’approvisionnement des minerais ;
  •         Violation des droits des enfants  dans les mines (travail des enfants);
  •      Abus sur la femme travaillant dans les mines ;
  •         Perception des frais illicites ;
  •         Conflit civil dans l’exploitation minière ;
  •          Exploitation minière dans les aires protégées.
     
    Dans sa configuration actuelle le programme assure la surveillance  des chaines d’approvisionnement des minerais de 3Ts,  de l’Or et des pierres de couleur et couvre les provinces ci-après :
    -          Nord-Kivu ;
    -          Sud-Kivu ;
    -          Maniema ;
    -          Tanganyika (ex- Nord-Katanga) ;
    -          Ituri ;
    -          Tshopo (en cour de déploiement).
     

.